Le témoignage de Margaux, étudiante i-SAFE, campus de Rouen

Margaux, étudiante du programme i-SAFE, international Sustainable Agribusiness and Food Engineering, nous explique pourquoi elle a choisi UniLaSalle et cette formation.

Pourquoi avez-vous choisi la formation i-SAFE ?

J’ai choisi d’étudier à UniLaSalle pour sa formation internationale dispensée en anglais, i-SAFE. L’école est chaleureuse et dynamique, et nous pousse à nous dépasser et à apprendre.

Pendant mes années au lycée, je faisais partie du club MFNU (Modèle Francophone des Nations Unies) dont j’étais la présidente en Terminale. Nous y débattions de sujets d’envergure mondiale, d’ordre militaire, social, environnemental ou encore géopolitique. L’ouverture d’esprit ainsi que la curiosité que cela m‘a apporté m’a ensuite conduite à poursuivre des études en lien avec les problématiques du monde d’aujourd’hui. En effet, il me semble essentiel de commencer par l‘agriculture, la nutrition et la résilience socio-éco-environnementale pour répondre aux objectifs de développement durable fixés par l’Organisation Nations Unies.

La formation i-SAFE d’UniLaSalle me permet d’acquérir des outils et de savoirs nécessaires pour participer, à mon échelle, à la résolution durable et raisonnée des problématiques de notre époque.

Quel est le contenu de la formation ? 

La formation i-SAFE comprend des matières très variées, allant des sciences “exactes” comme les mathématiques, la biologie cellulaire et la chimie, aux autres sciences comme l’économie, la communication etc. L’approche pédagogique de ce cursus se veut complète et diversifiée pour que les élèves puissent acquérir un maximum de compétences dans différents domaines. Cela fera de nous des ingénieurs et des citoyens du monde plus responsables et capables de répondre efficacement aux divers défis que nous aurons à relever tout au long de notre vie. Le cursus met également l’accent sur l’aspect international de l’agribusiness et de l’alimentation. Cela me parait essentiel car, même si je pense qu’il est nécessaire de traiter les problèmes à l’échelle locale, il est aussi crucial d’avoir une vue d’ensemble sur le monde, ne serait-ce que pour la coordination des politiques et des initiatives internationales et mondiales.

Quel est votre projet professionnel ?

De façon générale, mon projet est de promouvoir le respect et la préservation de l’environnement et des ressources de la Terre. Plus précisément, je souhaiterais travailler pour le développement agricole international, qui est à mes yeux une des clés majeures pour cibler un maximum d’objectifs de développement durable. Je ne sais pas encore quelle orientation je souhaite donner à cette mission que je me suis donnée, si je souhaite l’aborder du côté politique ou purement scientifique, mais les deux sont intrinsèquement liés dans ce domaine. J’aime comprendre les choses en les voyant de près et en y passant du temps pour vraiment les comprendre, d’où mon choix de placer l’agriculture au cœur de mes études scientifiques. Mais j’apprécie également les aspects sociaux, économiques et politiques qui régissent et encadrent le développement de l’agriculture et qui en définissent les spécificités. C’est pour cela que, avec l’avant-goût de diplomatie que j’ai eue au lycée au MFNU, je souhaite aussi un jour travailler à l’international dans la politique (dans des organismes comme à l’ONU ou d’autres ONGs) pour pouvoir contribuer à l’évolution de l’agriculture à travers le monde.

Leave a comment