Beaujolais & géologie : du sous-sol à la table

 

Le beaujolais nouveau, cuvée 2019 est arrivé ce jeudi 21 novembre. A cette occasion Pascal Barrier, enseignant-chercheur & expert référent en géosciences à UniLaSalle vous  invite à découvrir les secrets géologiques de cette tradition viticole française. 

 

En un demi-siècle, le Beaujolais nouveau est passé du petit commerce des bouchons lyonnais au succès commercial mondial du moment. Si la tradition est respectée, la qualité n’est pas toujours au rendez-vous et c’est bien dommage car c’est incontestablement dans le Beaujolais que le cépage gamay livre le meilleur de lui-même. Il y a plusieurs raisons à cela :

La première se nomme la tradition viticole. Elle est ancestrale, liée au fait que sur ces terres trop incultes mais très peuplée, les villageois ont développé la seule culture possible : la vigne ! Il est aussi trop souvent oublié que ce prestigieux vignoble ne produit pas que du vin nouveau mais bien   10 crus de grande qualité avec pour seul cépage le gamay comme le Morgon, le Chiroubles, le Fleurie, le Juliénas, ,..pour n’en citer que quelques-uns.

La seconde se cache dans le terroir, c’est-à-dire dans son climat, son relief et son substrat géologique. L’assemblage est alors exceptionnel !

Bien que septentrional, le climat du Beaujolais est favorable aux récoltes précoces. Il est tempéré mais sous influences multiples saisonnières. C’est le climat océanique qui prédomine mais l’été il passe volontiers sous influence du climat méditerranéen et l’hiver, le climat continental y est vivement ressenti jusqu’au début du printemps.

Le vignoble du Beaujolais allongé en Nord-Sud sur 55 km borde, sur 12 à 15 km de large, les reliefs des monts du Beaujolais situés à l’Ouest. Son relief se traduit alors, d’Ouest en Est par une succession de coteaux et de collines aux croupes arrondies et de paliers successifs en direction de la Saône. Cette disposition du relief confère au vignoble un dénivelé de 300 m, entre 500 et 200 mètres d’altitude ce qui provoque un décalage de maturité d’une bonne quinzaine de jours lors des vendanges entre les plus précoces et les plus tardives. L’orientation des parcelles est aussi parfaite, vers l’ Est, le Sud-Est et le Sud, ce qui permet à la vigne de bénéficier à la fois d’un éclairage abondant et des premiers rayons matinaux du soleil limitant ainsi les risques de gel.

Le vin nouveau du Beaujolais, à peine stabilisé, à du caractère. La géologie de son sous-sol aussi ! Le vignoble est implanté sur le flanc d’un fossé d’effondrement tectonique, la bordure l’Ouest du fossé Bressan. Là, à l’amont du vignoble, se sont les vielles roches du socle hercynien du massif central qui sont présentes dans le sous-sol. Il s’agit de roches acides magmatiques, des granites, des rhyolites et des tufs mais aussi de roches métamorphiques, de type schistes. Toutes ces roches n’affleurent pas dans le vignoble qui est implanté sur leurs produits d’altération sablo-argileux appelées arènes ou gores. Les autres roches qui constituent le sous-sol du vignoble affleurent en contre bas du relief cristallin, en plusieurs compartiments effondrés et découpés par des failles. Il s’agit de la couverture sédimentaire mésozoïque essentiellement composée de marnes et de calcaires. Très altérés ces carbonates sont toujours plus ou moins recouverts par des sables et des graviers du Tertiaire supérieur et du Quaternaire correspondant plus ou moins à un glacis formé par les cours d’eau descendant des Monts du Beaujolais. Ces épandages de produits de l’érosion des massifs cristallins confèrent également à cette partie plus basse du vignoble des terrains acides, eux aussi, peu propices à la production de vins de garde. Ce fait que les terrains acides donnent des vins qui doivent être consommés rapidement, constitue une des raisons pour laquelle les vins du Beaujolais étaient très tôt commercialisés, souvent avant leur complète stabilisation. Les géologues sont ainsi fiers de faire savoir que les caractéristiques pétrographiques d’un groupe de roche est à l’origine de cette commercialisation mondiale de vin nouveau. Il est vrai que très jeune, le Beaujolais est chargé des magnifiques arômes de fruits du Gamay et que légèrement effervescent et trouble c’est une petite merveille très appréciée des amateurs de bouchons lyonnais. Aujourd’hui, il est difficile de trouver un vin original trouble, trop travaillé, il ne répond plus exactement à l’esprit de la production traditionnelle d’un vin excellent mais non tranquille qu’il fallait vendre très vite pour qu’il garde son bouquet.

Leave a comment