Comment toucher la cible des séniors actifs?

La cible des séniors actifs intéresse particulièrement les futurs ingénieurs en alimentation santé. En effet les séniors ont des besoins alimentaires spécifiques et leur santé constitue un enjeu majeur : autant d’opportunités à explorer !
Pas facile cependant de trouver la bonne manière de s’adresser à eux. Avant tout il faut bien sûr commencer par bien les connaître.
C’était l’objectif de la matinale organisée par SILVER VALLEY (réseau francilien de 270 acteurs de la filière « Silver Economie ») ce vendredi 28 avril 2017 à Paris.

Qui sont ces séniors actifs au centre des discussions?
Les séniors actifs représentent aujourd’hui un segment de clientèle clé – 80% des personnes de plus de 65 ans aujourd’hui – mais toutefois hétérogène.
Cette matinale était l’occasion de découvrir les
9 profils socio-psychologiques découlant de l’étude ADJUVANCE : une typologie de ces séniors actifs réalisée auprès de 1850 séniors de 55 à 92 ans pendant une période de 5 ans.

Les thèmes abordés étaient : 1. Caractérisation des différents profils de séniors actifs  2. Identification de leurs habitudes et besoins spécifiques 3. Facteurs clés de succès pour s’adresser à ces cibles en termes de communication

 

En bref : que fallait-il retenir?

Tout d’abord, un constat : les entreprises sont plus à l’aise avec les autres cibles. En effet, leurs cibles de communication privilégiées sont les 25-49 ans et les cibles de consommations des +60 ans sont souvent touchées par ‘l’effet halo’.

La question du genre et du territoire sont à prendre en compte pour bien comprendre les profils de séniors. Il est certain qu’il y a plus de femmes que d’hommes dans cette catégorie. Les contextes sont très différents selon que le sénior réside en zone urbaine ou à la campagne.

En communication, il est important d’identifier les relais et influenceurs. Les séniors sont des pivots car en lien avec les autres générations (enfants et petits-enfants). Au delà de leur famille, les aidants sont aussi des personnes ressource.

L’image que l’on a de soi est aussi un point clé. Si la tendance « no make-up » est une chose facile dans certains pays, notamment les pays scandinaves, les séniors en France ont plus de mal à accepter leur image. Donc, difficile pour eux de se projeter : le choix des termes pour les qualifier est délicat ainsi que celui des personnes qui les représentent sur les supports de communication.

 

Globalement les séniors accordent cependant de l’importance à leur forme (santé + beauté). Ils sont conscients de leur expérience qui est un atout qu’ils aiment qu’on leur reconnaisse. Ils aspirent à retrouver du sens et plus de liberté, sans engagement ni contrainte.

En ce qui concerne les moyens de communication à privilégier, il vaut mieux miser sur la communication directe et la proximité, le relationnel et la co-construction (pour profiter de leur expérience).

 

Leave a comment