Du technicien pour le CEA au Master en alternance chez Solvay… le parcours d’un TSP 020

La formation de Technicien de LaSalle Beauvais-Esitpa, accessible en 3ème année par l’alternance offre de vraies opportunités de poursuites d’études. Adrien BERAUD, élève de la 020, diplômé en janvier 2016 partage son expérience à travers les choix qu’il a fait et les difficultés rencontrées…

Mon nom est Adrien, TSP020, j’ai été récemment diplômé et je vais vous raconter la transition de mon parcours entre le cursus de technicien supérieur en géologie et le master que j’ai intégré. Car oui, j’ai souhaité continuer mes études !

Pour vous remettre dans le « contexte de mon profil », je vais vous faire tout d’abord un rapide résumé de ma dernière année à Lasalle Beauvais et du pourquoi j’ai voulu continuer mes études. J’enchaînerais par la suite avec mon ressenti sur le master que j’ai intégré avec une description des changements et difficultés/facilitées que j’ai rencontré. Je terminerais le tout par un petit résumé de mon retour d’expérience. Mon but étant aussi que les étudiants de troisième année à LaSalle (et même les un peu plus jeune aussi, on n’anticipe jamais assez !) puissent se baser dessus, si comme moi, ils hésitaient entre poursuite d’étude ou intégrer le marché du travail. Commençons !

Tout d’abord, j’étais un élève moyen à LaSalle, ma moyenne générale était plutôt correcte. J’ai décidé de réaliser ma dernière année en alternance et j’ai réussi à intégrer le LMTE (Laboratoire de Modélisation et des Transferts dans l’Environnement) du CEA de Cadarache. Une alternance axée « recherche » et dans le domaine de l’hydrogéologie. J’ai beaucoup appris en alternance et j’ai vraiment réussi à faire le lien entre ce que j’apprenais en cours et ce que j’apprenais en entreprise, ça m’a vraiment servi pour plusieurs partiels à LaSalle et pour plusieurs tâches au CEA.

Beraud1

En début d’année je voulais arrêter mes études au diplôme de technicien et intégrer rapidement une entreprise. Finalement, au fur et à mesure que l’année avançait, je me suis rendu compte que je voulais faire plus que du travail de technicien, j’avais envie de prendre plus de responsabilités à travers mes missions, de gérer des équipes et des projets,… J’ai gagné en leadership et les personnes que j’ai rencontrées au CEA m’ont aussi poussé à continuer mes études. Maintenant c’était certain, je voulais intégrer un master, mais lequel ?

Rapidement, si je continuais mes études, c’était évident pour moi que cela devait se faire dans le cadre d’une alternance et pas autrement ! L’alternance m’a apporté beaucoup de choses, je voulais absolument « revivre » cette expérience et connaître aussi d’autres aspects du métier de géologue que de la recherche. Très rapidement encore, j’ai trouvé un master en alternance sur deux ans avec une possibilité de se spécialiser en hydrogéologie (milieu dans lequel je veux travailler) : le master de géologie appliquée de Besançon. Après avoir épluché d’autres formations, aucune autre ne correspondait à mes attentes, pour moi c’était clair : Besançon et pas ailleurs !

J’ai donc réussi à intégrer ce master et à trouver une nouvelle alternance sur deux ans avec l’entreprise Solvay. Il y a 8 mois, commençait donc ma nouvelle aventure à Besançon… (Avec deux de mes amis de LaSalle d’ailleurs que je salue !). Pour information l’alternance de ce master est spéciale : 6 mois de cours/6mois d’entreprise.

Outre que la fac est un milieu très différent de LaSalle, le premier semestre en master m’a donné du fil à retordre… Nous avons tout d’abord commencé par un camp de terrain à Barcelonette. (Du terrain, c’est ce qu’on aime les techniciens non ?) Et bien je me suis vite rendu compte que je n’étais pas au niveau, surtout en tectonique. Les étudiants à la fac depuis 3 ans avaient vraiment beaucoup plus de connaissances en tectonique, j’ai commencé déjà à avoir peur et je voyais déjà qu’ils étaient plus habitués que moi à interpréter et à raisonner sur des contextes géologiques assez complexes… Là où je m’en sortais c’était en reconnaissance des faciès et en sédimentologie. Bon vous l’auriez deviné, j’ai vraiment eu du mal avec ce camp de terrain.

beraud2

S’en suit donc la suite du semestre : cadences de travail beaucoup plus importantes, matières beaucoup plus poussées, plus de calculs, beaucoup plus de choses à apprendre que ce soit en hydrogéologie, en mécanique des roches (mon dieu la mécanique des roches !), en géotechnique, en cartographie, etc… J’ai vite compris que c’était aussi vraiment primordial d’apprendre à raisonner et à interpréter en master. Je ne veux surtout pas vous faire peur, (et cela dépend aussi beaucoup des masters d’après les retours que j’ai eu de mes camarades), mais la poursuite d’étude n’est pas à prendre à la légère. Chacun de nous est différent, voilà pourquoi je vous ai présenté mon profil d’étudiant, mais mon entrée en master m’a tout de même fait un choc. Aujourd’hui j’ai vraiment énormément progressé dans ma manière de raisonner et d’interpréter. Je parle en tant qu’élève moyen et je pense que tout le monde (et c’est vraiment sincère) est capable d’y arriver, voilà pourquoi :

Notre formation à LaSalle Beauvais a bien sûr ses avantages pour ce master et je l’ai ressenti surtout pour la pratique du SIG, les étudiants de Besançon n’en avait pas fait jusque-là. J’ai eu aussi plus de facilités en géophysique et l’hydrogéologie ou la géotechnique ne m’ont pas vraiment posés de problèmes. Il y a aussi beaucoup de travail de groupe et les nombreux TP et rapports réalisés à LaSalle m’ont permis d’être à l’aise pour ce genre de tâche. Si vous rajoutez à cela votre volonté de réussir, car il va vous en falloir, vous avez vraiment toutes vos chances !

En bref, ces 6 mois de cours ont été assez difficiles pour moi, il faut l’avouer. Mais je ne regrette en rien mon choix et je suis très satisfait de mon parcours aujourd’hui. Si c’était à refaire, ce serait les yeux fermés que je recommencerais ! Chacun de nous est différent et je sais que mes deux camarades de TSP 020 ont peut-être aussi des avis différents du mien sur ce master et la poursuite d’étude.

Au niveau de mon alternance à Solvay, elle a débuté en avril et correspond parfaitement à ce que je souhaitais : beaucoup plus de responsabilités, du suivi de chantier, des missions variées, de la gestion de projet,… C’est un bonheur pour moi de réintégrer le monde de l’entreprise et l’alternance à LaSalle m’a du coup bien préparé ! Je dois aussi réaliser un mémoire et une soutenance, mais je me fais aucun soucis pour ça, ce sont des choses que je connais bien par rapport à mes camarades de la fac.

Merci de m’avoir lu, j’espère que ce petit article vous a intéressé et vous a apporté des choses. Merci à Sébastien pour m’avoir permis de le rédiger.

Leave a comment