Former des Techniciens Supérieurs UniLaSalle : un besoin ??

Oui, les entreprises en ont besoin mais il faut que l’offre et l’environnement de travail correspondent aux nouvelles attentes… l’attrait et la fidélisation des jeunes salariés est un enjeu majeur…

La catégorie professionnelle des techniciens a subi deux changements importants depuis la fin des années 2000. Les missions des techniciens conjuguent maintenant responsabilités techniques et tâches managériales, administratives et commerciales (Möbus, 2010) sans pour autant que les salaires aient beaucoup évolué (Maillard, 2012). La propension des techniciens à rechercher la cadration professionnelle s’est développée (Möbus, 2010) et a engendré un turn-over important. Pour ces formations initiales accessibles après le bac, le taux de poursuite d’études a significativement augmenté ces dernières années. Par exemple, pour les IUT, 90% des diplômés 2012 (MENESR, 2015) contre 50% des diplômés 2004 (Grelet et Timotéo, 2010) ont poursuivi leurs études.

Ces facteurs, associés à l’évolution des métiers des géosciences, entrainent le fait que les entreprises du domaine de la Géologie peuvent ressentir une pénurie en techniciens. Les formations initiales dites courtes en Géologie et Environnement n’ont jamais été aussi nombreuses en France, mais les étudiants ayant une tendance croissante à vouloir prolonger leurs études jusqu’au Master, il n’y a finalement pas assez de jeunes diplômés à Bac+2/3 qui s’orientent dès ce stade vers le marché de l’emploi.

Dans ce contexte, la formation de Technicien Supérieur Professionnel en Géologie d’UniLaSalle (Beauvais) trouve sa place. Ce diplôme, visé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur depuis 1993, est le seul diplôme en géosciences de niveau II qu’un établissement privé français est autorisé à décerner alors qu’il a pour première vocation de former des ingénieurs. Cette originalité résulte de la séparation, en 2010, de la formation des techniciens de celle des ingénieurs. La cohabitation de ces cursus est cependant un atout fort car le réseau professionnel des formations à Bac+5 en Géosciences est celui qui peine à recruter des collaborateurs géologues de niveau technicien supérieur. Sa très bonne connaissance de ce réseau professionnel permet à UniLaSalle d’adapter et d’orienter ses formations de façon à répondre aux attentes des futurs employeurs, en termes de niveaux de qualification et de compétences des diplômés.

D’une durée de 3 ans, cette formation initiale s’organise autour de l’acquisition d’un socle de connaissances scientifiques et géologiques sur lequel s’appuie une pratique intense des méthodes et outils du technicien supérieur en géosciences. Des stages de terrain et de pratiques en extérieur, deux stages professionnels d’une durée totale de 7 à 8 mois et l’alternance en 3ème année, permettent aux futurs praticiens d’acquérir l’expérience qui les rendra vite autonomes en entreprise. C’est autour d’une démarche compétences professionnelles que le projet pédagogique est articulé.

tsp-lasalle-photo4

Travaux pratiques de géotechnique, Campus UniLaSalle Beauvais

 

tsp-lasalle-photo3

Travaux pratiques de géophysique, Campus UniLaSalle de Beauvais

 

L’insertion et son suivi

La filière de Technicien Supérieur Professionnel en Géologie diplôme, chaque année, 25 jeunes techniciens supérieurs professionnels. L’obtention du diplôme passe par l’acquisition de 180 ECTS et par la validation d’un niveau B1 en anglais (550 pts au TOEIC). Le Jury Rectoral de Diplôme, présidé par un enseignant-chercheur universitaire, se réunit une fois par an et établit la liste des diplômés de l’année.

UniLaSalle enquête tous les ans auprès des jeunes diplômés (années n à n+2) sur leur insertion, leurs évolutions de carrière et sur leur évaluation de la formation. Sur les 3 dernières années, 40% à 50% des diplômés du cursus sont attirés par la poursuite d’étude ce qui est significativement moins que les autres formations courtes en géologie (pour rappel : 90% après les IUT). Les formations suivies sont en grande majorité des Master 1 en Géologie Appliquée ou en ressources pétrolières ou minérales. Le taux de réussite en Master 1 des anciens élèves est de plus de 75%.

Les techniciens supérieurs d’UniLaSalle s’insèrent principalement dans la géotechnique et les études de sols, l’environnement et les Sites et Sols Pollués (SSP), les sociétés de service type géophysique et les industries extractives. Le taux net d’emploi est de 75% à l’issu du diplôme et de 82% deux ans après. En termes de salaire brut, la moyenne se situe autour de 23000€ pour les jeunes diplômés et 26000€ avec 2 ans d’expérience (avec de grandes disparités entre petites et grandes entreprises). Les postes occupés sont par exemple technicien en géotechnique en bureau d’étude ou en laboratoire (avec prise de responsabilités après 3 ans d’ancienneté), technicien en Data management, technicien de chantier SSP.

tsp-lasalle-photo5

Intervention de LimLogging sur les diagraphies environnementales, Campus UniLaSalle de Beauvais

Quels enjeux ?

Les Conseils de perfectionnement et les relations régulières avec les professionnels permettent de garder une écoute forte des besoins des entreprises et consolide le réseau des partenaires. Ces partenariats sont essentiels pour l’évolution de la formation : l’adaptation des programmes, les stages, les interventions dans les enseignements et l’insertion sont au cœur des enjeux. Toutefois, certains sujets doivent continuer à faire l’objet d’une réflexion commune entre l’entreprise et l’école. Par exemple, comment endiguer la volonté croissante des étudiants à poursuivre en Master alors qu’il y a de belles opportunités à Bac+3 ? UniLaSalle réussit à maîtriser cette poursuite d’étude grâce à notre relation forte avec les entreprises et de la pratique des outils dans la formation. Il faut continuer à accompagner les étudiants vers la professionnalisation, en développant l’alternance qui est une occasion privilégiée de fidéliser les futurs diplômés. Tous les acteurs des géosciences doivent œuvrer pour donner envie aux jeunes de venir travailler en géosciences, par les filières courtes, et aux étudiants d’intégrer les entreprises les accueillant en cours de formation.

 

Grelet, Y. et Timotéo, J., 2010. Entrer en STS ou IUT, et après ? Centre d’études et de recherche sur les qualifications, Marseille, BREF n°275, 4 p.

Maillard, C., 2012. Techniciens, le chaînon bientôt manquant, L’usine Nouvelle, n°3277, consulté le 30/06/2016 sur http://www.usinenouvelle.com/article/techniciens-le-chainon-bientot-manquant.N171184

Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR), 2015. Insertion professionnelle des diplômés 2012 de l’université, Insertion diplômés de D.U.T., consulté le 25/06/2016 sur http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Insertion_des_diplomes_ universite_-_enquete_ 2012/15/5/Insertion_des_diplomes_de_DUT_2012_-_Resultats_detailles_514155.pdf

Möbus, M., 2010. Techniciens et professions intermédiaires des entreprises, enseignements tirés de la littérature, Centre d’études et de recherche sur les qualifications, Marseille, NEF n°44, 40p.

Leave a comment